22/06/2020 – ‘C’est réglé’, a asséné le Numéro Deux du gouvernement britannique, le ministre Michael Gove, vendredi dernier, coupant court à toute nouvelle discussion sur une extension de la période de transition au-delà du 1er janvier 2021. ‘Cela apporte de la clarté et de la certitude aux entreprises pour leur permettre de se préparer’ a-t-il insisté lors d’une intervention télévisée. Et pour les sceptiques qui pourraient encore douter de la détermination du gouvernement de Boris Johnson, M. Frost, le négociateur en chef britannique avait déclaré devant les députés britanniques : ‘Même si l’UE la réclame, nous la refuserons’.

C’est réglé, donc, même si les derniers cycles de négociations ont été jugés décevants et sans avancée par les deux parties, et qu’il ne reste pas moins de 700 accords bilatéraux à négocier avant le 31 octobre compte tenu des délais de ratification par le Royaume-Uni et les 27 états membres impliqués. Les sessions de travail vont s’intensifier et passer à un rythme hebdomadaire, y compris en juillet et dès mi-août, en plus des cycles de négociation initialement prévus. ‘Nous devons maintenant faire des progrès sur le fond’, a averti Michel Barnier.

‘Une approche pragmatique et flexible’ du Brexit dès le 1er janvier 2021, selon une source gouvernementale britannique

Dès sa sortie de l’Union Européenne le 1er janvier, le Royaume-Uni prévoit des contrôles douaniers d’abord progressifs, de façon à ne pas pénaliser les entreprises britanniques déjà affectées par la crise du coronavirus. Plusieurs étapes sont donc envisagées pour les importations de marchandises en provenance de l’UE jusqu’au 1er juillet. Pour l’heure, Bruxelles ne promet pas la réciprocité, et il est toujours bien prévu que les biens exportés du Royaume-Uni vers l’UE soient, quant à eux, soumis à déclaration et contrôles au même titre que des biens en provenance de pays tiers.

Sur le premier semestre, les entreprises britanniques achetant des produits dans l’UE (hors alcool et tabac) devront ainsi tenir le registre de leurs importations, mais disposeront encore de six mois pour en faire la déclaration auprès des douanes. Elles pourront en outre s’acquitter des droits éventuels seulement au moment de l’établissement de la déclaration. Les alcools et tabacs importés depuis l’UE seront soumis à contrôle. Des contrôles physiques seront également opérés sur les animaux vivants et plantes à hauts risques, soit à destination, soit dans des lieux agréés. Les déclarations sécurité sûreté ne seront pas requises. Mais en avril, tous les produits d’origine animale (Products Of Animal Origins) tels que la viande, les aliments pour animaux de compagnie, le miel, le lait ou les ovoproduits, ainsi que tous les végétaux et dérivés de végétaux faisant l’objet d’une réglementation spécifique seront également soumis à une notification préalable et à une documentation sanitaire.

Dès juillet, des contrôles complets seront instaurés pour tous les types de marchandises importés sur le territoire britannique. Les entreprises britanniques importatrices devront établir leurs déclarations dès l’importation et s’acquitter des droits et taxes simultanément. Les produits sanitaires et phytosanitaires seront soumis à plus de contrôles physiques et de prélèvements d’échantillons dès les postes frontière de contrôle du Royaume-Uni. Par ailleurs, les déclarations sécurité sûreté seront obligatoires.

La République d’Irlande et l’Irlande du Nord : next step ?

Un comité spécifique a été mis en place pour finaliser le Protocole d’une solution sur la situation concernant les futures relations entre la République d’Irlande (état membre de l’UE) et l’Irlande du Nord.

Ce Protocole qui devra entrer en vigueur le 1er janvier comprend les points sensibles suivants :

* Mise en place des contrôles nécessaires concernant les marchandises entrant sur le territoire de l’Irlande du Nord en provenance de la Grande Bretagne,

* Application des règles communautaires européennes en matière de douanes et la protection sanitaire et phytosanitaire,

* Présence de représentants européens sur le territoire de l’Irlande du Nord, conformément à l’article 12 du protocole.

C’est à ces conditions que la paix et la stabilité entre les communautés de l’île d’Irlande seront assurées, que l’Accord du Vendredi saint (Officiellement nommé Accord de paix pour l’Irlande du Nord, du 10 avril 1998) sera respecté et que le marché unique européen sera préservé, selon le Vice-Président de l’Union européen, Maros Sefcovic.

Claire Fournier – CONEX – International Business Development

 

19/06/2020 – Déclaration de l’Union européenne et du Royaume-Uni à l’issue de la réunion de haut niveau du 15 juin :

Le premier ministre Boris Johnson a rencontré, le 15 juin par vidéoconférence, le président du Conseil européen, Charles Michel, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président du Parlement européen, David Sassoli, afin de faire le point sur les progrès réalisés en vue de convenir d’actions permettant de faire avancer les négociations sur les relations futures.

Les parties ont pris acte de la décision du Royaume-Uni de ne demander aucune prorogation de la période de transition. La période de transition prendra donc fin le 31 décembre 2020, conformément aux dispositions de l’accord de retrait.

Les parties se sont félicitées du caractère constructif des discussions sur les relations futures, qui se sont déroulées sous la direction des négociateurs en chef, David Frost et Michel Barnier, et qui ont permis aux deux parties de clarifier et de mieux comprendre leurs positions respectives. Elles ont pris note du fait que quatre cycles de discussions ont été menés à bien et que des textes ont été échangés malgré les difficultés causées par la pandémie de COVID-19.

Les parties ont toutefois reconnu qu’un nouvel élan était nécessaire. Elles ont soutenu les plans convenus par les négociateurs en chef en vue d’intensifier les pourparlers en juillet et de créer les conditions les plus propices à la conclusion et à la ratification d’un accord avant la fin de 2020. Cela devrait inclure, dans la mesure du possible, une entente rapide sur les principes devant sous-tendre tout accord.

Les parties ont souligné leur intention de travailler d’arrache-pied pour établir une relation qui fonctionnerait dans l’intérêt des citoyens de l’Union et du Royaume-Uni. Elles ont également confirmé leur engagement à mettre en œuvre intégralement et en temps utile l’accord de retrait.

Source : Site de la Commission européenne


 

12/06/2020 – Le quatrième cycle de négociations sur le Brexit entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni s’est achevé vendredi dernier comme les trois précédents : par un échec.

« Il n’y a pas eu de progrès significatifs », a regretté Michel Barnier, après un nouveau cycle de transactions stériles avec les Britanniques. Que ce soit sur les droits de pêche, sur la question de gouvernance ou sur le ‘level playing field’* chaque partie est restée campée sur ses positions. Pourtant, « sur tous ces points, nous ne demandons rien d’autre que le respect de la Déclaration Politique », déclare Michel Barnier.

Le 31 décembre se profile et sans aucun compromis, ce sont les règles de l’OMC et ses droits de douanes qui s’appliqueront, Boris Johnson affirmant toujours qu’il se refuse à solliciter une extension de la période de transition. « Il semble assumer le scénario d’un no deal », affirme Aurélien Antoine, directeur de l’Observatoire du Brexit. Une telle situation signifie que, s’il n’y a pas de prolongation de la période de transition, un accord sur un texte juridique devra être trouvé au plus tard le 31 octobre, soit dans un peu moins de 5 mois.

Mais, tout est encore possible puisqu’une réunion de haut niveau, convenue dans la Déclaration Politique, pour faire le point sur les négociations doit être planifiée avant la fin du mois de juin. Michel Barnier a malgré tout conclu son discours à l’issue de ce quatrième round de négociations sur une ouverture : « … et si nous gardons notre respect mutuel, notre sérénité et notre détermination, je n’ai aucun doute que nous trouverons, dans le courant de l’été ou au plus tard au début de l’automne, un terrain d’entente entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne. Et finalement, que nous trouverons un accord sur notre partenariat pour l’avenir. »

Let’s wait and see !

Claire Fournier – CONEX – International Business Development

25/05/2020 – Mardi dernier, Londres a présenté un nouveau régime douanier post-Brexit destiné à succéder au tarif extérieur commun (TEC) de l’Union européenne.

Ce nouveau régime, baptisé UK Global Tariff (UKGT) doit être plus simple et moins cher que le TEC européen et il s’appliquera le 1er janvier 2021.

Quoi de neuf ?

Dans ses grandes lignes, l’UKGT s’applique à tous les pays sauf ceux avec lesquels le Royaume-Uni a conclu un accord de libre-échange, ceux qui bénéficie du système de préférences généralisé de l’OMC, et enfin il précise si une exception s’applique comme un allègement ou une suspension tarifaire.

  • Ce nouveau régime doit supprimer notamment tous les droits de douane inférieurs à 2%.
  • Il conserve une taxe de 10% sur les importations de voitures.
  • Il supprime en revanche les droits de douane sur 30 milliards de livres (33,6 milliards d’euros) d’importations entrant dans les chaînes d’approvisionnement britanniques.
  • Les droits de douane seront cependant maintenus sur un certain nombre de produits liés à l’agriculture, l’automobile et la pêche, afin de préserver les secteurs concernés localement : maintien de droits de douane relativement élevés.

« Le nouveau UK Global Tariff bénéficiera aux consommateurs et aux ménages britanniques en réduisant les formalités administratives et en abaissant le coût de milliers de produits courants« , a déclaré la secrétaire d’Etat au Commerce international, Liz Truss.

La Grande-Bretagne, qui a quitté officiellement le bloc communautaire le 31 janvier 2020, est désormais en cours de négociation des accords de libre-échange avec d’autres pays.

Télécharger le nouveau UKGT, en anglais sur le site du gouvernement britannique.

Source : Site internet de la douane anglaise


30/01/2020 – La DGDDI publie un article concernant l’accord qui a été signé le 24 janvier 2020 par le Président du Conseil européen, la Présidente de la Commission européenne et par le Premier ministre britannique.

Comment se préparer au Brexit ? Que se passe-t-il le 1er février 2020 ? Quelles sont les incidences en matière douanière ?

Autant de questions que de points abordés dans cet article.

En anglais, le site de la HMRC détaille aussi le détail de la transition.

Sources : Site internet de la DGDDI et de la HMRC

LES CONSÉQUENCES DOUANIÈRES LIÉES AU BREXIT
Jeudi 6 février de 8h00 à 10h00 / CCI Ille-et-Vilaine

(siège Rennes)

PROGRAMME
– Quelles étapes nous attendent en 2020 ?
– Comment fonctionnera la frontière intelligente entre le Royaume-Uni et la France ?
– Quelles seront les procédures mises en place côté britannique et quels avantages les entreprises françaises pourront-elles en tirer ?
– Questions-réponses avec les intervenants et les entreprises
– Rendez-vous possible avec l’entreprise Conex à la suite de l’atelier

INTERVENANTS
Alban Gruson, Président Directeur Général Conex
Claire Fournier et Christine Debats, International Development Manager Conex

INSCRIPTION A LA CONFÉRENCE


30/01/2020 – BREXIT – 4 textes parus au JOUE  du 31/01/2020 concernant l’accord de retrait et déclaration politique :

Publication au JOUE L 29 du 31/01/2020 :

Publication au JOUE C34 du 31/01/2020 :

Source : Journal officiel de l’Union européenne


20/01/2020 – BREXIT : la douane au 31 janvier 2020

Après son départ de l’UE au 31 janvier prochain, le Royaume-Uni entrera dans une période de transition dans laquelle ses relations resteront inchangées avec les 27 états membres jusqu’au 31 décembre 2020 mais il ne participera plus à la vie des institutions européennes.

Durant cette période de transition, les Britanniques continueront d’appliquer les règles européennes. Les expéditions et réception de marchandises à destination ou en provenance du Royaume-Uni ne feront pas l’objet d’une déclaration en douane mais comme aujourd’hui, d’une déclaration Intrastat.

Source : Site internet CONEX FR


15/11/2019 – ACCORD DE RETRAIT : Publication au JOUE C384I du 12 novembre 2019 de 2 documents :

ACCORD sur le retrait du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord de l’Union européenne et de la Communauté européenne de l’énergie atomique

Déclaration politique fixant le cadre des relations futures entre l’Union européenne et le Royaume-Uni (2019/C 384 I/02)

Source : Journal officiel de l’Union européenne


21/10/2019 – Quel est l’état actuel du jeu ?

Source : BBC


14/10/2019 – La documentation pour les professionnels a été mise à jour.

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne aura des implications pour vous, citoyens et entreprises.

Préparez-vous au Brexit : Guide douanier de préparation au Brexit pour les entreprises

Source : Site internet de la Douane


10/10/2019 – La DGE aide les entreprises à se préparer au Brexit : DGE – Direction Générale des Entreprises

L’autodiagnostic Brexit s’adresse à toutes les entreprises françaises. Le Brexit peut toucher votre entreprise, même si vous ne vous en rendez pas immédiatement compte. Passez en revue toutes les situations qui s’appliquent à vous et découvrez les effets, parfois insoupçonnés, sur votre entreprise.

Préparez-vous au Brexit

Le Royaume-Uni (Angleterre, Ecosse, Pays de Galle et Irlande du Nord) quittera l’Union européenne (UE) le 31 octobre 2019. Il existe deux scénarios de sortie.

Si l’accord de retrait est ratifié, le Royaume-Uni sortira de l’Union européenne de manière ordonnée et une période de transition entrera en vigueur jusqu’au 31 décembre 2020, renouvelable pour une période de un à deux ans. Pendant cette période de transition, le Royaume-Uni sera un pays tiers à l’Union européenne, mais le droit de l’Union européenne s’appliquera toujours au Royaume-Uni qui continuera d’avoir accès au marché intérieur et à l’Union douanière.

Si l’accord de retrait n’est pas ratifié (c’est le scénario dit du retrait sans accord, du no deal ou Brexit dur), le droit de l’Union européenne cessera de s’appliquer dès le 1er novembre 2019 et il n’y aura aucune période de transition. Le Royaume-Uni, devenu pays tiers à l’Union européenne, sortira du marché unique et de l’union douanière dès le 1er novembre 2019.

Le risque d’un Brexit sans accord est réel. Il est donc important de déterminer dès à présent l’impact éventuel d’une sortie sans accord sur votre entreprise et de prendre les mesures nécessaires pour limiter les conséquences sur votre activité.

Tous les éléments issus de l’autodiagnostic sont basés sur l’hypothèse d’une sortie du Royaume-Uni de l’UE sans accord afin de vous aider à préparer votre plan de préparation dans les différents domaines qui vous concernent.

L’autodiagnostic ne vous confère aucun droit, mais vous donne le meilleur conseil pour votre entreprise au vu de la situation actuelle. Les services de l’État mettent tout en œuvre pour adapter les textes de l’autodiagnostic le plus rapidement possible en cas d’évolution de la situation.

Pour toute autre question sur les conséquences du Brexit sur les entreprises et les particuliers, le site gouvernemental d’information est à votre disposition et vous permet de prendre contact avec l’administration compétente pour chaque type de problème : https://brexit.gouv.fr/.

Source : Site internet de la DGE – Direction Générale des Entreprises


04/10/2019 – Mise à jour du calendrier des réunions douane-entreprises sur le sujet du Brexit.

Lyon (69) 2 et 3 octobre 2019 pae-lyon[@]douane.finances.gouv.fr
Paris(75) Station F 4 octobre 2019 www.eventbrite.fr
Isle d’Abeau (38) 9 octobre 2019 pae-lyon[@]douane.finances.gouv.fr
Roscoff (29) 10 octobre 2019 www.bretagnecommerceinternational.com

pae-bretagne[@]douane.finances.gouv.fr

Lyon Saint Exupéry (69) 10 octobre 2019 pae-lyon[@]douane.finances.gouv.fr
Valence (26) 11 octobre 2019 pae-lyon[@]douane.finances.gouv.fr
Saint-Etienne (42) 14 octobre 2019 pae-lyon[@]douane.finances.gouv.fr
Saint-Malo (35) 15 octobre 2019 www.bretagnecommerceinternational.com

pae-bretagne[@]douane.finances.gouv.fr

Rivesaltes (66) 18 octobre 2019  pae-perpignan[@]douane.finances.gouv.fr
Lyon (69) 22 octobre 2019 pae-lyon[@]douane.finances.gouv.fr
Les importateurs / exportateurs peuvent compter sur l’appui des pôles d’action économique (PAE) et des cellules-conseils aux entreprises (CCE) de la douane en région pour répondre aux questions de nature douanière en matière de Brexit.

Source : Site internet de la douane


24/09/2019 – Comment se préparer au Brexit – Guide douanier pour les entreprises

Si le Royaume-Uni quitte l’UE sans accord de retrait, mettant en place une période de transition, il sera considéré comme un pays non membre de l’UE aux fins des procédures douanières à la date de son retrait.

Les entreprises de l’UE doivent commencer à se préparer à cette éventualité, si elles ne l’ont pas encore fait.

  • Qu’est-ce que cela signifie ? Que devez-vous faire ?
  • Liste de contrôle pour les opérateurs concernant le Brexit
  • Notes d’orientation et lignes directrices sur le Brexit
  • Contact en Belgique / France / Luxembourg
  • Informations complémentaires et liens utiles

Voir le contenu complet sur le site de la Commission européenne.

Source : Site internet de la Commission européenne


18/09/2019 – La douane diffuse une note aux opérateurs relative à la mise en place des autorisations préalables pour le dédouanement, aux points d’entrée et de sortie dans les Hauts de France, en Normandie ou en Bretagne, hors DCN, de marchandises en provenance ou à destination du Royaume-Uni.

4 annexes :

– Annexe 1 – Modèle de convention DELTA G

– Annexe 2 – Modèle autorisation déclaration simplifiée

– Annexe 3 – Modèle demande centralisation crédits

– Annexe 4 – Tableau localisation des marchandises

Source : DGDDI


16/09/2019 – Brexit or not Brexit ? Deal or no deal ?

Brexit le 31 Octobre 2019 ? 3ème report ? Brexit avec ou sans accord ? autant de questions qui restent à ce jour sans réponse… Et on risque de devoir attendre la fin du mois d’octobre pour être fixé.
En cas de Brexit dur sans accord, la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne a des implications pour tous les opérateurs économiques.
Pour maintenir la fluidité de circulation des marchandises, la douane française a conçu une solution nommée ‘la frontière intelligente’.

Au niveau du tunnel, la frontière intelligente sera effective au tunnel sous la Manche pour maintenir la fluidité du passage de vos marchandises.
Au niveau des ports, cette solution de frontière intelligente sera appliquée à tous les points d’entrée/sortie du Calaisis et plus généralement de Manche-Mer du Nord et est basée sur trois principes :
1. L’anticipation des formalités en douane avant d’arriver en frontière en donnant au transporteur le code-barres de la déclaration en douane.
2. L’identification du moyen de transport et le code-barres de la déclaration en douane des marchandises qu’il transporte.
3. L’automatisation des notifications de passage vers les déclarants pour éviter un arrêt des poids-lourds.
L’objectif de ce processus à l’import est :
– De pouvoir dédouaner en anticipé alors que la marchandise est toujours en Angleterre.
– De pouvoir communiquer le N° de déclaration anticipé obtenu au transporteur en Angleterre avant qu’il n’arrive au point d’embarquement (Tunnel ou Ferry)
– De pouvoir confirmer l’anticipation de la déclaration lors de la traversée de la Manche par le camion.
A l’import comme à l’export, il sera aussi possible de gérer une notion d’enveloppe et d’utiliser la fonction ‘Code à barres’ afin de communiquer ce N° d’enveloppe avec son code à barres au transporteur.

Quel que soit le scénario du Brexit, l’entreprise sera confrontée à de nouvelles procédures douanières !

Vous souhaitez vous préparer le plus tôt possible ? Vous voulez gagner du temps ? Même si les règles du jeu ne sont toujours pas connues et si elles ne le seront vraisemblablement qu’au tout dernier moment, contactez Conex : Une solution est proposée au sein de DELTApass  via conex, quel que soit le régime utilisé (import/export/transit).

Conex s’est préparé sur le plan technologique pour fluidifier le passage de la frontière et vous invite à vous y préparer aussi !

DELTApass via conex

DELTApass via conex est un logiciel qui permet la gestion du dédouanement électronique.
Il couvre l’ensemble des opérations DELTA (G-C/D, X), les régimes particuliers,
le NSTI, l’ECS. DELTApass existe pour le dédouanement FR, BE, ES et GB .

En savoir plus sur DELTApass via conex

 

 



12/04/2019 – La douane a diffusé une Note aux opérateurs datée du 5 avril 2019 concernant les dispositions temporaires sur les schémas de dédouanement en DCN compte tenu de la création de nouvelles structures dans les Hauts-de-France.

Les conditions décrites dans cette note aux opérateurs sont temporaires et susceptibles d’être réévalué au 1er septembre 2019.

Extrait :

« Dans le cadre du Brexit, de nouvelles structures douanières sont ouvertes au dédouanement…

Des conditions particulières sont en effet fixées en DCN pour les nouvelles structures créés dans la DR de Dunkerque (bureau principal de Calais, bureau de contrôle de Calais port/tunnel et bureau de contrôle Dunkerque/Ferry.

En effet, les deux nouveaux bureaux de contrôle vont traiter exclusivement des flux important à destination ou en provenance du Royaume-Uni. L’objectif est donc d’encadrer temporairement la mise en place de schéma de dédouanement en DCN appliquant ses bureaux. »

Source : DGDDI


11/04/2019 – Extrait des conclusions de la réunion extraordinaire du Conseil européen (article 50) (10 avril 2019) :

« Le Conseil européen convient d’une prorogation pour permettre la ratification de l’accord de retrait. Cette prorogation ne devrait durer que le temps nécessaire et, en tout état de cause, ne pas dépasser la date du 31 Octobre 2019. Si l’accord de retrait est ratifié par les deux parties avant cette date, le retrait interviendra le premier jour du mois suivant.

Le Conseil européen souligne que la prorogation ne saurait compromettre le bon fonctionnement de l’Union et de ses institutions. Si le Royaume-Uni est encore membre de l’UE entre le 23 et le 26 mai 2019 et qu’il n’a pas ratifié l’accord de retrait d’ici au 22 mai 2019, il sera tenu de procéder aux élections au Parlement européen conformément au droit de l’Union. Si le Royaume-Uni ne respecte pas cette obligation, le retrait interviendra le 1er juin 2019. »

Source : Conclusions du 10/04/2019 – Site europa


10/04/2019 – Avec le Brexit, les opérateurs doivent disposer d’un numéro d’identification EORI pour effectuer leurs formalités douanières avec le Royaume-Uni.

En effet, à compter de la date du Brexit et en cas de « no deal », dès minuit, tous les opérateurs désirant dédouaner en France des marchandises provenant du Royaume-Uni devront être identifiés via un numéro d’enregistrement EORI, délivré par un pays membre de l’Union européenne.

Vous êtes un opérateur français qui commercez avec la Grande-Bretagne ?

La douane française a procédé à l’enregistrement préalable de vos données d’identification afin de vous délivrer un numéro EORI.

Vérifiez sa validité en accédant au service en ligne dédié :

Si vous n’êtes pas connu des bases de données, enregistrez-vous dès à présent :

Vous êtes un opérateur britannique ou un opérateur tiers disposant déjà d’un numéro d’identification EORI Britannique (GBXX12345678) ?

Source : Site internet de la douane


05/04/2019 – La douane diffuse les versions actualisées du mémo destiné aux conducteurs en différentes langues : en français et en différentes langues :

En effet, s’il y a sortie effective du Royaume-Uni de l’Union européenne, les modalités de passage de la frontière vont changer et les conducteurs vont directement être impactés.

Source : Site internet de la DGDDI


29/03/2019 – Une nouvelle fonctionnalité de la frontière intelligente est disponible  : l’enveloppe logistique.

Que vous soyez une entreprise, un déclarant ou un conducteur, l’enveloppe logistique vous permet de regrouper plusieurs déclarations sous une même enveloppe logistique pour gagner du temps pour traverser la frontière intelligente Transmanche, tant à l’import qu’à l’export, qui sera opérationnelle en cas de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Source : Site internet de la DGDDI


21/03/2019 – Parution au JORF n°0068 du 21 mars 2019, texte n° 11 concernant les exportations de biens à double usage à destination du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord.

Ce JORF reprend les modalités d’obtention et de délivrance de la licence générale nationale pour les exportations de BDU à destination du Royaume-Uni à compter de sa sortie de l’UE.

Le présent arrêté entre en vigueur à partir du jour suivant celui où les traités européens cessent de s’appliquer au Royaume-Uni, conformément à l’article 50, paragraphe 3, du traité sur l’Union européenne, à moins qu’un accord de retrait ne soit entré en vigueur à cette date.

Source : JORF du 21.03.2019


21/03/2019 – Parution au Journal officiel de l’Union européenne N°L77/61 du RÈGLEMENT D’EXÉCUTION (UE) 2019/444 DE LA COMMISSION du 19 mars 2019 modifiant le règlement d’exécution (UE) 2015/2447 en ce qui concerne les formulaires d’engagement de la caution et l’inclusion des frais de transport aérien dans la valeur en douane dans la perspective du retrait du Royaume-Uni de l’Union.

Le présent règlement entre en vigueur le 20.03.2019.

Source : Journal officiel de l’Union européenne du 20.03.2019


15/03/2019 – Mise à jour du calendrier des réunions douane-entreprises sur le sujet du Brexit.

Les importateurs / exportateurs peuvent compter sur l’appui des pôles d’action économique (PAE) et des cellules-conseils aux entreprises (CCE) de la douane en région pour répondre aux questions de nature douanière en matière de Brexit.

Source : Site internet de la douane


19/02/2019 – Parution au Journal officiel de l’Union européenne :

1. N°CI66/1 reprenant l’accord sur le retrait du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord de l’Union européenne et de la Communauté européenne de l’énergie atomique.

Extrait :

« Le présent accord fixe les modalités du retrait du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord (ci-après dénommé «Royaume-Uni») de l’Union européenne (ci-après dénommée «Union») et de la Communauté européenne de l’énergie atomique (ci-après dénommée «Euratom»). »

2. N°C66 I/85 : Déclaration politique fixant le cadre des relations futures entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

Source : Journal officiel de l’Union européenne du 19.02.2019


11/02/2019 – Le brexit : Où en est-on ?

Extrait :

« Les négociateurs de l’UE et du Royaume-Uni se sont entendus le 25 novembre 2018 sur un projet d’accord de retrait du Royaume-Uni de l’UE. Cet accord doit désormais être ratifié par les parlements britannique et européen. Malgré le résultat négatif du vote du 15 janvier 2019 à la Chambre des Communes, l’accord peut encore être ratifié ultérieurement par le Royaume-Uni. Il est donc nécessaire de se préparer à tous les scénarios, celui d’un accord de retrait ratifié par les deux parties, comme celui du « no-deal ».

  • Vous êtes un ressortissant de l’UE résidant au Royaume-Uni ?
  • Vous êtes un ressortissant du Royaume Uni résidant dans un pays de l’UE ? ou
  • Vous êtes une entreprise ayant des relations économiques avec le Royaume-Uni ?

Trouvez la réponse à vos questions sur le site de la douane en fonction de votre situation.

Source : Site internet de la DGDDI


06/02/2019 – La douane française publie sur son site internet un dossier (64 pages) spécial BREXIT : PREPAREZ-VOUS ! Comment dédouaner ?

  • Partie 1 Brexit, ce qui va changer
  • Partie 2 Connaître les bases du dédouanement
  • Partie 3 Transformer les formalités douanières en avantage concurrentiel
  • Partie 4 Bénéficier d’un accompagnement douanier sur mesure

Source : Site internet de la douane


DELTApass via conex

DELTApass est un logiciel qui permet la gestion du dédouanement électronique.
Il couvre l’ensemble des opérations DELTA (G-C/D, X), les régimes particuliers, le NSTI, l’ECS. DELTApass existe pour le dédouanement FR, BE, ES et GB .

En savoir plus sur DELTApass via conex

 

 


Encyclopedie-douaniere

Encyclopédie interactive qui permet de répondre aux exigences réglementaires tarif douanier, Notes Explicatives du Système Harmonisé, textes officiels, avis de classement, publications officielles, veille réglementaire.

En savoir plus sur l’Encyclopédie Douanière

 

 

 


05/02/2019 –  La douane anglaise a mis à jour sur son site internet le détail des procédures douanières si le Royaume-Uni quitte l’UE sans accord. Mise à jour le 04/02/2019.

Extrait : « Dans le cas où le Royaume-Uni quittera l’UE sans accord, à partir de 23h GMT le 29 mars 2019, de nombreuses entreprises britanniques devront appliquer les mêmes processus au commerce de l’UE qui s’appliquent dans le commerce avec le reste du monde. »

Source : gov.uk


21/12/2018 – Quelques informations utiles et importantes concernant le Brexit, publiées sur différents sites :

1. Site DGE – Direction Générale des Entreprises : entreprises.gouv.fr

Par secteur :

Aéronautique
Automobile
Chimie
Numérique
Santé

La Direction générale des entreprises (DGE) du Ministère de l’Economie et des Finances met à votre disposition une adresse de courriel dédiée pour toute question liée à l’impact du Brexit sur votre entreprise :

brexit.entreprises@finances.gouv.fr

En régions, les DIRECCTE vous accompagnent, vous conseillent et vous aident à anticiper le Brexit.

2. DGGDI

La douane française vous accompagne dans l’analyse des changements induits par le Brexit.

La frontière intelligente qui sera mise en place dans le cadre du Brexit reposera sur les principes d’anticipation, d’identification et  d’automatisation et doit sensibiliser tous les acteurs de la  logistique.
Elle met également à la disposition des usagers une adresse de courriel dédiée : brexit@douane.finances.gouv.fr

3. DG TAXUD

Ce site web propose des informations sur les conséquences du retrait du Royaume-Uni de l’UE dans le domaine de la fiscalité et des douanes.

Voir aussi la liste de contrôle pour les opérateurs concernant le Brexit.

En l’absence d’un accord de retrait mettant en place une période de transition jusqu’à la fin de 2020 (avec la possibilité d’une prorogation prévue dans cet accord), le Royaume-Uni sera considéré comme un pays non-membre de l’UE aux fins des procédures douanières à compter du 30 mars 2019. Qu’est ce que cela signifie ? Que devez vous faire ?

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site Internet «Brexit Preparedness» de la Commission européenne.

4. Le portail de l’Économie, des Finances,
de l’Action et des Comptes publics : economie.gouv.fr

Les services du ministère de l’Économie et des Finances – dont la direction générale des Entreprises, la Douane, la direction générale du Trésor – accompagnent les entreprises dans les changements à venir.

Voir la Page du ministère de l’économie

Sources : Sites internet de la DGE / DGDDI / Commission européenne / economie.gouv.fr

Brexit – Affaire réglée !
Étiqueté avec :